Tsunami wave

Histoire

Améliorer l’état de préparation aux tsunamis sur les côtes de la mer de Chine méridionale

La région de la mer de Chine méridionale, avec ses bassins adjacents y compris les mers de Sulu et des Célèbes, est l’une des zones les plus vulnérables du monde aux tremblements de terre et aux tsunamis, en raison de l’activité sismique dans les tranchées de Manille, Cotabato et Negros, et Sulawesi.
En 1976, un tremblement de terre d’une magnitude de 8,1 sur l’échelle de Richter a provoqué un tsunami qui a frappé le golfe du Moro et la mer des Célèbes, tuant plus de 8 000 personnes.

En 2004, la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO (COI-UNESCO) a exhorté les pays riverains de la mer de Chine méridionale à collaborer étroitement pour faire face aux risques de tsunamis et mettre en place un système régional d’alerte fonctionnant dans le cadre du Système d’alerte aux tsunamis et de mitigation dans le Pacifique. Ce système avait été créé par la COI-UNESCO en 1965 à la suite du tsunami meurtrier qui avait frappé les côtes du Chili et du Japon en 1960. Depuis 2005, la région de la mer de Chine méridionale était couverte par le Centre consultatif pour les tsunamis dans le Pacifique Nord-Ouest, basé au Japon, et par le Centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique, basé à Hawaï, (États-Unis).

Le système d’alerte a été considérablement amélioré avec l’inauguration, le 8 mai, du Centre consultatif sur les tsunamis en mer de Chine méridionale.

Logo UNESCO-IOC

Programme mondial d'alerte rapide aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets

Coordonné par la COI, le Système mondial d'alerte aux tsunamis joue un rôle essentiel dans la protection des vies. Le programme de la COI relatif aux tsunamis aide les États membres à évaluer les risques de tsunami, à mettre en place des systèmes d'alerte rapide aux tsunamis (EWS) et à sensibiliser les communautés à risque aux mesures de préparation.

Établi à Beijing, sous l’égide de la COI-UNESCO, le Centre fournit des services d’alerte aux tsunamis à neuf pays : Brunei, Cambodge, Chine, Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande et Viet Nam. Le Centre national de prévision marine, qui fait partie du Ministère des ressources naturelles de la République populaire de Chine, est responsable du fonctionnement du centre consultatif sous-régional sur les tsunamis.

Le centre s’appuie sur un réseau de surveillance sismique fondé sur des stations sismiques et des marégraphes qui relaient l’information en temps réel. Le personnel a reçu une formation ciblée ; une campagne de sensibilisation du public, élaborée en partenariat avec le Système d’alerte aux tsunamis et d’atténuation de leurs effets dans le Pacifique et avec la COI-UNESCO, a été lancée pour avertir la population de la région des risques de tsunami.