Article

Concertation consacrée à l’éducation et à la formation professionnelle des jeunes non scolarisés du Sahel et de l’Est du Burkina Faso

Un rapport de l’USAID, réalisé en mai 2020, indiquait que dans toutes les localités du Nord du Burkina Faso, la majorité de la population n’avait pas accès à des services éducatifs fonctionnels accessibles à pied, soit parce que les écoles avaient fermé (74%), soit parce que les enseignants ont été déplacés ou qu’ils ont cessé de travailler. Mesdames et Messieurs, c’est le lieu de reconnaître que cette situation préoccupante nous interpelle tous, sur la nécessité d’une mobilisation collective, pour bâtir un monde plus juste et plus stable

Le 9 septembre 2021, au Burkina Faso, le représentant du Secrétaire général du Ministère de la Jeunesse, de la Promotion de l’Entrepreneuriat et de l’Emploi (MJPEE) a ainsi procédé à l’ouverture d’un atelier de concertation, entrant dans le cadre du « Projet d’appui à la stabilité sociale par l’éducation et la formation professionnelle des jeunes non scolarisés, suite aux crises sécuritaire et sanitaire, au Sahel et dans les régions de l’Est du Burkina Faso ».

 

Afin de ne laisser personne pour compte, ce projet vise à offrir à 600 jeunes filles et garçons déscolarisés, âgés de 9 à 12 ans, l’opportunité de poursuivre leur éducation en intégrant des centres passerelles, ainsi qu’à 150 jeunes filles et garçon déscolarisés, âgés de 18 à 24 ans, d’acquérir des compétences pour une rapide insertion dans le monde professionnel, par le biais de formations professionnelles.

 

Lors de cette journée de concertation, les équipes techniques et ministérielles se sont réunies pour rechercher et collecter des données sur les enjeux liés à la formation des jeunes. Elles ont identifié des dispositifs de formation de courte durée dans les domaines de la couture, de l’électricité du bâtiment, de l’énergie solaire, de l’élevage et la plomberie sanitaire.

En effet, les jeunes bénéficieront d’un renforcement de compétences techniques et du matériel leur permettant de développer une activité à long terme dans des domaines qui leur assureront une intégration professionnelle rapide. Ils bénéficieront en outre d’un renforcement de compétences transversales, financières et de gestion, ainsi qu’en faveur de la résilience et de la prévention de l'extrémisme violent par l’éducation (PEV-E). Le choix de ces domaines de compétences a été discuté et approuvé par les participants.

Financé par le Ministère des Affaires Etrangères du Japon, le projet est mis en œuvre par le Ministère de la Jeunesse, de la Promotion de l’Entrepreneuriat et de l’Emploi (MJPEE) et le Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN) du Burkina Faso, en collaboration avec le Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel).

media:publication:23c3d504-64af-4ae6-8523-02cf3bc8942a