Communiqué de presse

Conférence d’appui au Soudan : l’UNESCO intensifie sa coopération sur la liberté de la presse, moteur de la transition démocratique

Réunis à Paris en amont de la Conférence internationale organisée par la France pour soutenir la transition soudanaise, Abdalla Hamdok, Premier ministre du Soudan, et la Directrice générale de l'Organisation, Audrey Azoulay, ont convenu de renforcer la coopération en cours pour soutenir la liberté de la presse et le développement des médias, piliers essentiels du processus démocratique en cours dans le pays.

La liberté de la presse est une pierre angulaire de toute société démocratique et un moteur essentiel de la transition démocratique au Soudan. L'UNESCO s'engage à apporter son expertise et ses conseils pour un environnement de presse sûr. En travaillant étroitement avec le Soudan depuis 2019, nous avons élaboré une Feuille de route pour la réforme des médias qui sera mise en œuvre au cours des trois prochaines années et nous sommes prêts à intensifier nos efforts
Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO

En septembre 2019, lors de l'événement de l'Assemblée générale des Nations Unies consacré à la liberté des médias, le Premier ministre du Soudan a demandé le soutien de l'UNESCO pour réformer le secteur de la presse dans le cadre du processus de transition lorsqu'il a annoncé la signature par le Soudan de l'Engagement mondial pour la liberté des médias mené par le Canada et le Royaume Uni. En réponse, l'UNESCO a lancé une première évaluation de l'architecture médiatique du pays à l'aide de ses indicateurs de développement de la presse. En septembre 2020, les résultats de ces consultations ont été synthétisés et publiés sous la forme d'une Feuille de route pour la réforme des médias.

La prochaine étape de la coopération de l'UNESCO avec le Soudan dans ce domaine consistera à mettre en œuvre la Feuille de route au cours des trois prochaines années. Conformément à celle-ci, les domaines à renforcer concernent quatre grands volets : la réforme législative, le renforcement des institutions, la formation et l'emploi des professionnels des médias, et l'investissement dans les infrastructures techniques.

Depuis 2019, le Soudan a mis en place une équipe nationale pour la réforme des médias, composée d'experts, de propriétaires et de gestionnaires d’organes de presse, de journalistes, de fonctionnaires du ministère de la Culture et de l'Information, ainsi que de représentants de la société civile qui ont pris part à l'évaluation du paysage médiatique.

L'UNESCO, qui encourage la participation des femmes dans les médias, a soutenu la formation à la sécurité de plus de 250 femmes journalistes. L'UNESCO a également formé des agents de sécurité sur la liberté d'expression et la sécurité des journalistes.

En février 2020, elle a lancé une évaluation du développement de l'Internet au Soudan sur la base de ses indicateurs d'universalité de l'Internet, qui devrait être achevée au quatrième trimestre de 2021. Ce projet est financé par l'Agence suédoise de coopération internationale au développement (SIDA) par le biais du Programme international pour le développement de la communication de l'UNESCO (PIDC).

Le soutien financier de ces activités provient du Programme multi-donateurs de l'UNESCO sur la liberté d'expression et la sécurité des journalistes. Tout au long de l'année 2020, l'UNESCO a lancé une série de sessions de renforcement des capacités pour plus de 300 journalistes soudanais afin de lutter contre la désinformation, prévenir l'extrémisme violent et les discours de haine. L'UNESCO est en quête d’un soutien supplémentaire pour renforcer les capacités des médias et consolider les institutions nationales telles que la Commission nationale soudanaise des droits de l'homme.