Actualité

Défis et opportunités pour la Science, la Technologie et l'Innovation dans six pays Africains

Les représentants de la République du Congo, du Ghana, de la Namibie, de la Sierra Leone, de la Tanzanie et du Zimbabwe ont partagé leurs expériences de mise en œuvre et de suivi de la Recommandation de l'UNESCO concernant la science et les chercheurs scientifiques (RS|SR) lors de la quatrième édition du Forum régional africain sur la science, la technologie et l'innovation, à Kigali, au Rwanda, le 1er mars 2022.
African engineer man windmills wearing white hard hat and using tablet with wind turbine on silhouette sunset

Les panélistes ont évoqué plusieurs concepts importants pour la mise en œuvre de la RS|SR, notamment la nécessité d'avoir un processus consultatif inclusif et participatif pour rédiger un rapport national. Ils ont également souligné les domaines d'intérêt nationaux qui ont été identifiés dans les rapports, tels que l'interface science-société (thème essentiel 2 de la recommandation), l'égalité des sexes (thème essentiel 5), le capital humain (thème essentiel 9) et l'environnement favorable (thème essentiel 10).

La session a été organisée sous les auspices du Programme de l'UNESCO pour la Gestion des transformations sociales (MOST), pour lequel la Recommandation est un pilier intergouvernemental. Les six pays pilotes sont entrés dans la deuxième année de la mise en œuvre du projet "Renforcement des systèmes STI pour le développement durable en Afrique", une initiative financée par l'Agence suédoise de coopération internationale au développement (Sida). 

La RS|SR sert de base normative pour que les écosystèmes scientifiques soient fondés sur les droits de l'homme, tels que le droit à la science. Il identifie la nécessité de relier la science à la prise de décision afin qu'elle puisse avoir un impact.
Gabriela Ramos Sous-Directrice générale pour le Secteur des sciences sociales et humaines de l'UNESCO.

Le panel a mis en lumière plusieurs thèmes essentiels de la Recommandation dans chacun des six pays pilotes. Par exemple, M. Raymore Machingura (voir la brève biographie ci-dessous) a attiré l'attention sur le manque critique de main-d'œuvre, mais aussi sur l'accès libre à la science grâce aux parcs d'innovation et aux pôles industriels établis dans tout le Zimbabwe, qui facilitent le transfert de connaissances entre les universités, l'industrie et le gouvernement. En Sierra Leone, le professeur Alpha Tejan Wurie a indiqué que l'impact de la STI était de plus en plus visible dans des domaines qui profitent à la population comme l'enregistrement d'état civil et les capacités en biotechnologie.

Parmi les autres thèmes essentiels, le Dr Maryse Nkoua a mentionné l'environnement favorable avec les réformes des programmes d'enseignement mises en œuvre en République du Congo pour améliorer l'employabilité des jeunes, tandis qu'au Ghana, la loi sur le fonds de recherche de 2020 qui, selon M. Cephas Adjei Mensah, permet un financement plus efficace de la recherche et facilite les partenariats internationaux. M. Simai Mohammed a déclaré que des efforts importants avaient été déployés en Tanzanie pour promouvoir les femmes et les filles dans en sciences et pour renforcer les capacités en matière de STI, en utilisant dans certains cas la plateforme GO-SPIN de l'UNESCO. En Namibie, le projet a contribué à l'élaboration de politiques et de programmes de recherche nationaux qui s'alignent sur le RS|SR, selon le Dr Lisho Mundia.

La diversité des sujets abordés par les panélistes reflète la méthodologie du projet : en évitant l'approche uniformisée, chaque pays pilote examine de manière très approfondie son propre système STI par rapport aux normes et standards de la RS|SR et identifie les priorités, les lacunes et les opportunités.

Six intervenants ont participé à ce panel de haut-niveau. Il s’agit de :

  • Tanzanie : Son Excellence M. Simai Mohammed Said, Ministre de l'Education et de la Formation Professionnelle de Zanzibar
  • Sierra Leone : Son Excellence Professeur Alpha Tejan Wurie, Ministre de l'Enseignement technique et supérieur.
  • Zimbabwe : S.E.M. Raymore Machingura, ministre adjoint de l'enseignement supérieur et tertiaire, de l'innovation, des sciences et du développement technologique.
  • République du Congo : Dr Maryse Nkoua, Conseillère à la Recherche Scientifique et à l'Innovation Technologique au Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l'Innovation Technologique.
  • Ghana : M. Cephas Adjei Mensah, Directeur Adjoint du Département de la Science, la Technologie et l'Innovation du ministère de l’Environnement, la Science, la Technologie et de l'Innovation
  • Namibie : Dr Lisho Mundia, Directeur de la Recherche et de l'Innovation au ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Technologie et de l'Innovation