Actualité

Djibouti passe en revue ses sites potentiels du patrimoine mondial

Parmi les participants à l'atelier sur le patrimoine mondial figuraient le Directeur général du tourisme, le Directeur général de l'environnement et le Directeur de la culture
© Ministère des affaires musulmanes, de la culture et des biens du waqf

Dans le cadre d'un projet d'assistance internationale du patrimoine mondial de l'UNESCO à Djibouti, le Ministère des affaires musulmanes, de la culture et des biens du Waqf de Djibouti a organisé un atelier de consultation d'une journée avec les principales parties prenantes nationales afin d'examiner la liste indicative actuelle des sites potentiels du patrimoine mondial à Djibouti et d'identifier un site à proposer pour inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. L'atelier a eu lieu le 1er décembre 2020 au Palais du peuple de Djibouti, et a vu la participation active de représentants du Ministère de l'environnement, du Ministère de l'agriculture et du Ministère de la culture aux côtés d'experts nationaux des universités et des institutions nationales en charge du patrimoine naturel et culturel, ainsi que de la société civile et de fonctionnaires locaux.

Bien qu'il ait ratifié la Convention du patrimoine mondial en 2007, Djibouti n'a pas encore proposé de site pour inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Djibouti a bénéficié d'une première assistance internationale en 2012 pour l'établissement de sa liste indicative, qui a été finalisée en 2015 et comprend les dix sites suivants :

 

L'objectif de cet atelier était d'analyser, au niveau national, les valeurs potentielles de patrimoine mondial de ces sites, en tenant compte des critères de sélection établis par la Convention du patrimoine mondial de 1972. Leur évaluation sera ensuite partagée avec les organisations consultatives de la Convention du patrimoine mondial, qui examineront la liste et l'analyse nationale avant d'entreprendre une mission sur le terrain à Djibouti en 2021 pour conseiller l'État partie de Djibouti sur la sélection d'un site à proposer, une fois que les restrictions de voyage liées à la COVID-19 seront levées.

Selon le Directeur de la culture, M. Hassan Doualeh, l'atelier s'est déroulé en deux phases : la première s'est concentrée sur une présentation des sites de la liste indicative de Djibouti et la seconde a permis d'identifier les trois premiers sites présentant le plus grand potentiel pour la préparation d'un futur dossier de candidature. En passant en revue les sites du patrimoine naturel et culturel de Djibouti, les participants ont également discuté des défis de conservation et de gestion auxquels les sites sont confrontés, qui ont entraîné la disparition d'espèces animales et végétales de certains des biens.

L'atelier a permis de préparer l'État partie de Djibouti à franchir une étape importante dans la mise en œuvre de la Convention de 1972 en réduisant la sélection d'un premier site à proposer pour inscription sur la liste du patrimoine mondial. Le projet en cours prévoit également de sensibiliser le grand public afin qu'il puisse en apprendre davantage sur les responsabilités et les possibilités d'un éventuel site du patrimoine mondial.

Je félicite chaleureusement Djibouti pour le succès de cet atelier. L'UNESCO s'est engagée à soutenir Djibouti dans la préparation de son premier dossier de candidature au patrimoine mondial ainsi qu'à élaborer un plan de conservation et de gestion complet pour le site sélectionné.
Mme Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice, Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est

Pour plus d'informations sur le processus de nomination au patrimoine mondial, veuillez consulter :

http://whc.unesco.org/fr/nominations/