Article

Focus sur le projet ResiliArt Angola

ResiliArt Angola va un cran plus loin !
ResiliArt Angola

ResiliArt Angola a été lancé par les Écoles américaines d'Angola en avril 2021, sous l'égide de la Biennale de Luanda - Forum panafricain pour la culture de la paix et dans le cadre du mouvement mondial ResiliArt de l'UNESCO

Peu après sa création, l'objectif de ResiliArt Angola est passé du débat sur la meilleure manière de soutenir les artistes et la créativité au-delà de la crise COVID-19, à la recherche de moyens concrets pour offrir aux jeunes artistes la possibilité d'améliorer leurs compétences et d'obtenir un revenu.  

L'idée de rassembler des jeunes artistes angolais et internationaux et de créer des résidences dirigées par des artistes de renom, comme l'a souligné Marcos Agostinho, Directeur exécutif des Écoles américaines d’Angola, est le fruit d'un simple constat : les artistes africains et plus particulièrement les artistes locaux en Angola ont aujourd'hui plus que jamais besoin de soutien.    

En avril 2021, à l'occasion de la célébration de la Journée internationale du jazz de l'UNESCO, 9 artistes plasticiens inconnus (8 Angolais, 1 réfugié du HCR) et 5 musiciens émergents ont été mandatés afin d’exposer leurs œuvres. Peu de temps après, ce qui avait commencé comme un événement ponctuel est devenu un programme de formation comprenant des ateliers, des résidences artistiques, des échanges culturels et des expositions au profit de 30 artistes plasticiens émergents inconnus et des musiciens. 

Ces résidences innovantes ont permis aux artistes d'apprendre directement auprès d’artistes établis, d'améliorer leurs compétences et de gagner en visibilité. Les résidences ont également offert aux jeunes artistes émergents « l'interaction sociale, la croissance intellectuelle et l'éducation » nécessaires à leur épanouissement et à leur réussite. 

L'histoire de ResiliArt Angola ne s'arrête pas là. Fortes de ce succès, les Écoles américaines d'Angola sont passées à l'étape suivante : regarder au-delà de « l’autre côté de l’Atlantique » en mettant en relation des artistes africains et de la diaspora grâce à un partenariat avec la ville de Newark dans le New Jersey, aux États-Unis.  

La ville de Newark s'est maintenant engagée à accueillir 10 artistes angolais (5 en arts plastiques et 5 musiciens) qui se produiront au New Jersey Performing Arts Center et présenteront leurs œuvres au Musée national de Newark. En échange, dans quelques mois, Luanda accueillera 10 jeunes artistes américains qui se produiront et exposeront leurs œuvres lors de la Journée Internationale du Jazz les 29-30 avril et le 1er mai. 

Le rêve est maintenant que le modèle ResiliArt Angola soit répété chaque année et qu'il s'étende à d'autres pays africains des PALOP (pays africains lusophones) et d'Afrique centrale.