Article

ILO-UNESCO : Promouvoir le travail décent dans l’économie de la culture et du secteur créatif

L’UNESCO, en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT), a organisé lundi 28 février 2022 un panel de discussions dédié au travail décent dans l’économie culturelle et créative africaine, en marge du Forum régional africain pour le développement durable (FRADD-8) qui se tient jusqu’au 5 mars à Kigali au Rwanda.

Cette rencontre hybride, à la fois en présentiel et ligne, a permis de réunir pendant près de deux heures une quarantaine de parties prenantes pour échanger autour des conditions de travail ainsi que de la protection des droits des professionnels de la culture et artistes africains.

Nos organisations ont allié leurs forces et leurs expertises afin de mettre sur pied cette collaboration ambitieuse et innovante pour monter en puissance au niveau du continent et redoubler d’efforts sur les problématiques abordées aujourd’hui. L’Afrique que nous voulons, c’est une Afrique où les spécificités du travail des artistes et des professionnels de la culture sont pleinement reconnues.
Guiomar Alonso Cano, Conseillère régionale pour la Culture Bureau Régional UNESCO pour l’Afrique de

Ce secteur au fort potentiel n’a jamais cessé de jouer sa partition que ce soit en termes d’opportunités socio-économiques, ou encore pour promouvoir la paix, la résilience, et le développement durable, y compris durant la pandémie de COVID-19. La crise a toutefois montré l’existence de lacunes en matière de politiques culturelles, mais a aussi démontré la vulnérabilité des emplois, et renforcé les inégalités de genre.

L’ensemble des panélistes présents, dont les associations professionnelles, les représentants institutionnels et les entrepreneurs du secteur culturel et créatif, ont souligné les enjeux communs auxquels les professionnels de la culture sont confrontés. Le type de disposition contractuelles, les modalités de travail, les droits économiques et sociaux demeurent encore trop disparates et les travailleurs du secteur restent vulnérables.

La liberté d’association doit s’appliquer à tous les travailleurs-euses y compris ceux et celles des industries culturelles & créatives : il faut mettre en place des mécanismes d’accès à la sécurité sociale et aux financements.
M. Eric Manzi, secrétaire général adjoint de l’Organisation régionale africaine de la confédération

La rencontre a également été l’occasion de partager des initiatives inspirantes, du Sénégal à l’Ouganda, pour améliorer les conditions de travail dans le secteur culturel et créatif.

Cette initiative est née dans le cadre de l’année 2021 de l’Union africaine (UA) dédiée aux arts, à la culture et au patrimoine. Elle émane d’un élan conjoint entre l’UA, l’OIT et l’UNESCO pour remédier aux déficits de travail décent dans le secteur de la culture et de la création en Afrique.

Cette rencontre s’est inscrite dans la continuité d’une première étude menée pour cibler les priorités immédiates et futures du continent.

C’est sur cette base que sera construit un programme continental ambitieux et déterminé à atteindre les aspirations de l’agenda 2063, mais aussi les Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations Unies.