Actualité

La Libye rejoint pour la 1ère fois le réseau mondial de Biosphères de l’Unesco avec la Réserve de biosphère d’Ashaafean.

Le Programme sur l’Homme et la Biosphère (MAB) de l’UNESCO a ajouté ce 15 septembre 20 nouveaux sites, situés dans 21 pays, au Réseau mondial de réserves de biosphère.  Trois pays rejoignent pour la première fois le réseau : l'Arabie saoudite, le Lesotho et la Libye, avec respectivement les réserves de biosphère des Juzur Farasan, de Matšeng et d'Ashaafean.
Ce programme compte 727 réserves de biosphère, dont 22 sites transfrontaliers, dans 131 pays.  Les réserves de biosphère de l'UNESCO couvrent désormais plus de 5 % de la surface terrestre.
Située dans la partie nord-est des montagnes Nafusa, Ashaafean est la première réserve de biosphère en Lybie. Protégée par décret gouvernemental depuis 1978, l’aire centrale de 83 060 ha de la réserve de biosphère abrite une variété d’espèces rares ou menacées, notamment des plantes médicinales et aromatiques ainsi que des espèces de faune inscrites sur la liste rouge de l’UICN, telles que lahyène rayée (Hyaena hyaena), la tortue terrestre (Testudo graeca) et l’outarde houbara (Chlamydotis undulata).
Cette zone constitue également une plateforme de recherche et de formation pour les étudiants universitaires travaillant sur la conservation de la biodiversité et le développement durable. La plupart des 65 000 habitants de cette réserve de biosphère vivent de l’agriculture traditionnelle durable, de la collecte de bois et de l’apiculture. La région est connue pour la qualité de ses olives et de son huile.
Les Réserves de biosphère sont des lieux désignés par l'UNESCO pour expérimenter et illustrer des pratiques de développement durable à l’échelle régionale, en conciliant le développement social et économique des populations avec la conservation de la diversité biologique et plus largement la protection de l’environnement, dans le respect des valeurs culturelles. Leur objectif ? Favoriser dans ces espaces des solutions conciliant la conservation de la biodiversité et son utilisation durable. 
Créé par l’UNESCO en 1971 en tant que programme scientifique intergouvernemental, le Programme sur l’Homme et la Biosphère est, depuis 50 ans, le pionnier des idées de conservation de la biodiversité et de développement durable.