Actualité

Les enfants migrants et réfugiés de la région Amérique latine et Caraïbes ont pu rester connectés et apprendre pendant la COVID-19

Les enfants migrants et réfugiés au Pérou ont achevé le programme grâce à une salle de classe virtuelle et à des ressources éducatives en ligne.

En janvier 2021, tandis que la pandémie continuait de perturber les écoles à travers le monde, l’UNESCO, avec le soutien du BMZ et de la GIZ, a lancé la Réponse éducative à la COVID-19 : stratégies d’apprentissage et de formation à distance - Région Amérique latine et Caraïbes.

Au Pérou, cette stratégie a impliqué la mise en œuvre d’un programme d’éducation non formelle et virtuelle - « Aprendiendo Unidos » - visant à renforcer les compétences numériques et socio-émotionnelles des filles, des garçons et des adolescents migrants et réfugiés. À la fin de 2020, le Pérou abritait 1,1 million de migrants et réfugiés vénézuéliens. Même avant la pandémie, 6 sur 10 de ces enfants n’étaient pas scolarisés.

Élaboré initialement avant la COVID et destiné à fonctionner dans des espaces éducatifs, « Aprendiendo Unidos » a été réactivé dans le contexte de la pandémie pour aider les garçons, les filles et les adolescents déplacés, âgés de 6 à 18 ans, grâce à une salle de classe virtuelle et à des ressources éducatives en ligne. À partir du mois de mai, 70 cours d’apprentissage ont été organisés en un mois au niveau de l’enseignement primaire et secondaire dans les régions de Lima et de La Libertad qui accueillent un grand nombre de réfugiés et de migrants vénézuéliens. Des tuteurs locaux ont contribué à la refonte des cours, couvrant des sujets tels que l’identité personnelle, sociale et culturelle et la citoyenneté démocratique. Ils ont ensuite joué un rôle crucial dans la fourniture de conseils aux participants, ce qui a facilité l’apprentissage et favorisé l’assiduité au cours.

 

 

Défis

 

Les apprenants, avec le soutien d’un parent, suivent le programme d’enseignement sur un appareil mobile

Plus de 1 000 enfants et adolescents migrants et réfugiés - 522 filles et 528 garçons - ont commencé le cours, mais malgré les efforts entrepris par de nombreuses familles, un tiers (31 %) de cette cohorte n’a pas pu aller au bout du programme car ils n’avaient pas accès à des appareils mobiles, aux données mobiles ou à Internet. Certains adolescents ont eu du mal à achever leur apprentissage en s’efforçant aussi de gagner un revenu, et l’absence des parents, pour des motifs liés au travail, signifie que les jeunes enfants n’ont souvent pas reçu le soutien nécessaire pour mener à bien les différentes activités.

De nombreux participants ont aussi été touchés personnellement par la COVID-19, du fait de la maladie ou du décès de membres de leur famille. Dans le cadre d’une collaboration avec Horizontes - une initiative de l’UNESCO axée sur l’enseignement secondaire dans les zones rurales du Pérou - deux psychologues étaient disponibles pour fournir aux élèves un soutien psychologique et socio-émotionnel à distance et aider à prévenir leur décrochage.

Enseignements tirés du programme

La situation sanitaire a aussi entraîné des retards dans la programmation et le téléchargement des différents cours d’apprentissage, y compris des vidéos, des forums et des autres activités interactives, ce qui s’est traduit par une discontinuité du programme en ligne. Pour les futures cohortes, il sera donc essentiel de veiller à ce que tous les cours soient numérisés et téléchargés sur la plate-forme avant le début du programme.

De plus, s’il était prévisible que l’accès limité aux appareils et aux données créerait des difficultés pour certaines familles, il est évident que l’offre de forfaits ou d’appareils de données mobiles aurait contribué à des taux d’achèvement du programme plus élevés, en partie par une incitation des participants. Un appui psychologique aux parents, qui jouent un rôle clé dans le soutien aux jeunes enfants tout au long du programme, augmenterait également les taux de rétention.

Prochaines étapes

Malgré ces nombreuses difficultés, les cours ont permis de toucher des centaines d’enfants et d’adolescents migrants et réfugiés vénézuéliens. Leur pertinence a été saluée par les parents, nombre d’entre eux notant que les informations, par exemple sur les coutumes et traditions péruviennes ou les conseils pour l’inscription dans le système éducatif du pays, ont été intéressants et utiles. Certains parents ont souligné à quel point le soutien des tuteurs avait amélioré l’expérience de leurs enfants, d’autres reconnaissent le dynamisme des activités du cours.

 

Le cours a également été conçu pour aider les adolescents à acquérir des compétences numériques et socio-émotionnelles.

À l’achèvement du programme, un cadre théorique amélioré a été présenté aux responsables du ministère péruvien de l’Éducation et à d’autres parties prenantes du pays, ainsi qu’à un groupe de discussion spécialisé en vue de sa validation. Le GMSA a également accepté de participer à l’élaboration de différents plans de cours autour des domaines STEAM, ce qui renforcera le lien du projet avec la mission Learning House de la Coalition mondiale pour l’éducation.