Article

Portrait de Chanda, qui défend les filles défavorisées au Népal

« Les grossesses précoces entraînent de graves conséquences sur la santé procréative et psychologique des filles, qui sont, de plus, victimes de violences liées au genre, » affirme Chanda. « Nous devons donner aux filles les moyens de défendre leurs droits et leur bien-être ! C’est pour cette raison que je continuerai à travailler dans le domaine de l’éducation » ajoute-t-elle.

Chanda, 23 ans, avait déjà abandonné l’école lorsqu’elle a intégré le Programme conjoint, au sein duquel elle a suivi une formation professionnelle. Son travail d’animatrice pour le cours d’alphabétisation fonctionnelle de l’UNESCO a éveillé en elle l’envie de poursuivre une carrière dans le domaine de l’éducation.

Chanda travaille auprès de filles qui ont abandonné l’école ou n’y sont jamais allées, et de filles mariées ou ayant été mariées jeunes. « Les fillettes mariées n’ont pas la possibilité de poursuivre leur scolarité, elles sont illettrées et incapables de gérer leurs finances, ce qui les rend complètement dépendantes des autres », explique Chanda. Selon elle, l’action menée pour l’émancipation des filles et des femmes doit aller de pair avec celle visant à réduire les mariages précoces.

Chanda a pu suivre les progrès réalisés par les filles à l’issue du cours d’alphabétisation, et a constaté qu’elles avaient énormément gagné en assurance grâce à leur participation et à leur apprentissage. Néanmoins, en raison des confinements dus à la pandémie, bon nombre d’entre elles ont dû reprendre le travail à la ferme, et les parents ont profité de la baisse des dots pour marier leurs filles. Il reste beaucoup à faire pour changer les attitudes des parents et tuteurs envers les filles. 

Malgré ces obstacles, Chanda est déterminée à travailler auprès des adolescentes pour les encourager et faire évoluer progressivement les comportements sociaux à l’égard de l’éducation des filles.

Programme conjoint UNESCO-FNUAP-ONU-Femmes

Le programme « Émancipation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation complète à la sexualité et par un environnement d’apprentissage sûr au Népal » est un programme conjoint mené par l’UNESCO, le FNUAP et ONU-Femmes avec le soutien de l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA), dont l’objectif est d’autonomiser les filles et les jeunes femmes grâce à une approche intégrée de l’éducation, de la santé et de l’égalité des genres.

 

Photos: UNESCO/Laxmi Prasad Ngakhus