Prévenir l’antisémitisme par l’éducation

Aider les apprenants à détecter et à contrer l’antisémitisme contemporain

L’antisémitisme est une menace pour la sécurité des communautés juives et des individus qui les composent à travers le monde et il constitue le moteur d’une multitude d’idéologies extrémistes violentes. Comme toutes les formes d’intolérance et de discrimination, l’antisémitisme a un profond impact sur la société dans son ensemble, affectant la paix et les droits humains. L’antisémitisme n’est plus confiné aux cercles extrémistes mais devient de plus en plus répandu, notamment sur les réseaux sociaux.

La prévention de l’antisémitisme par l’éducation est donc à la fois un impératif de sécurité immédiat et un investissement éducatif à long terme pour promouvoir les droits de l’homme et la citoyenneté mondiale.

Lors de l’événement de haut niveau de l’UNESCO « Le pouvoir de l’éducation dans la prévention du racisme et de la discrimination : le cas de l’antisémitisme », à la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Secrétaire général des Nations Unies a reconnu le rôle important de l’éducation pour prévenir l’antisémitisme et identifié quatre priorités :

  • Reconnaître l’antisémitisme comme un problème à traiter au niveau international ;
  • Développer des programmes d’éducation qui abordent l’antisémitisme dans le cadre des droits de l’homme et de la citoyenneté mondiale ;
  • Renforcer la capacité des systèmes éducatifs à faire face à l’antisémitisme, aux théories du complot et à toute autre forme de discours de haine ;
  • Accroître les investissements dans la cohésion sociale.

Conformément à ces priorités, l’UNESCO collabore avec le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dans le but de promouvoir les pratiques efficaces, les politiques clés et les pédagogies permettant de prévenir l’antisémitisme par et dans l’éducation. Dans le contexte de l’éducation à la citoyenneté mondiale, ce travail porte également sur la lutte contre les discours de haine, l’enseignement de l’Holocauste et des génocides et le renforcement de l’éducation comme outil de prévention de l’extrémisme violent.