Ce qu’il faut savoir sur l’alphabétisation

Dernière mise à jour 24 juin 2022

Quelle est la situation de l’alphabétisation dans le monde ?

De grands progrès ont été réalisés dans ce domaine, les données les plus récentes (Institut de statistique de l’UNESCO) montrant que plus de 86 % de la population mondiale savent lire et écrire, contre 68 % en 1979. Malgré cela, il y a à travers le monde au moins 771 millions de jeunes et d’adultes, dont les deux tiers sont des femmes, qui ne savent toujours pas lire et écrire, et 250 millions d’enfants qui ne possèdent pas les compétences de base en littératie. Avant la pandémie de COVID-19 qui a provoqué la pire perturbation de l’éducation depuis un siècle, 617 millions d’enfants et d’adolescents n’avaient pas atteint les niveaux minimaux de lecture.   

Comment l’UNESCO définit-elle l’alphabétisation ?

L’acquisition de l’alphabétisation n’est pas un acte circonscrit dans le temps. Au-delà de sa nature conventionnelle – ensemble de compétences en lecture, en écriture et en calcul – l’alphabétisation se comprend maintenant comme un moyen d’identification, de compréhension, d’interprétation, de création et de communication dans un monde de plus en plus numérique, textuel, riche en informations et en évolution rapide. L’alphabétisation est un continuum d’apprentissage et de maîtrise de la lecture, de l’écriture et de l’utilisation des nombres tout au long de la vie et elle fait partie d’un ensemble plus large de compétences qui inclut les compétences numériques, l’éducation aux médias, l’éducation au développement durable et à la citoyenneté mondiale, ainsi que les compétences spécifiques de l’emploi. Les compétences en littératie elles-mêmes s’étendent et évoluent à mesure que les individus s’engagent de plus en plus dans l’information et l’apprentissage par le biais des technologies numériques.

Quels sont les effets de l’alphabétisation ?

L’alphabétisation émancipe et libère les individus. Par-delà l’importance qu’elle revêt dans le cadre du droit à l’éducation, l’alphabétisation améliore les vies en élargissant des capacités qui, à leur tour, réduisent la pauvreté, accroissent la participation au marché du travail et ont des effets positifs sur la santé et le développement durable. Les femmes autonomisées par l’alphabétisation ont un effet d’entraînement positif sur tous les aspects du développement. Elles acquièrent une plus grande liberté de choix de vie pour elles-mêmes et il en découle un impact immédiat sur la santé et l’éducation de leurs familles, et en particulier sur l’éducation des filles.

Quelle est l’action de l’UNESCO dans la promotion de l’alphabétisation ?

L’UNESCO agit par l’intermédiaire de son réseau mondial, de ses bureaux hors Siège et de ses instituts et avec ses États membres et ses partenaires pour faire progresser l’alphabétisation dans le cadre de l’apprentissage tout au long de la vie et de la mise en œuvre de la cible 4.6 de l’ODD 4 et du Cadre d’action Éducation 2030. Sa Stratégie pour l’alphabétisation des jeunes et des adultes (2020-2025) accorde une attention particulière aux pays membres de l’Alliance mondiale pour l’alphabétisation qui cible 20 pays dont le taux d’alphabétisation des adultes est inférieur à 50 % et les pays de l’E9, dont 17 se situent en Afrique. L’accent est mis sur la promotion de l’alphabétisation dans les domaines formels et non formels, sur la base de quatre domaines prioritaires : le renforcement des stratégies nationales et l’élaboration des politiques sur l’alphabétisation ; la prise en compte des besoins des groupes défavorisés, en particulier des femmes et des filles ; le recours aux technologies numériques pour élargir et améliorer les résultats d’apprentissage ; et le suivi des progrès et l’évaluation des compétences en littératie. L’UNESCO promeut également l’apprentissage et l’éducation des adultes par l’intermédiaire de son Institut pour l’apprentissage tout au long de la vie, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre de la Recommandation de 2015 sur l’apprentissage et l’éducation des adultes et son suivi par le biais du Rapport mondial sur l’apprentissage et l’éducation des adultes.

Qu’est-ce que la littératie numérique et pourquoi est-elle importante ?

L’UNESCO définit la littératie numérique comme étant la capacité d’accéder aux informations, de les gérer, de les comprendre, de les intégrer, de les communiquer, de les évaluer et de les créer par une utilisation sûre et appropriée des technologies numériques, pour l’emploi, les emplois décents et l’entrepreneuriat. Cela inclut des compétences telles que la maîtrise de l’informatique, la maîtrise des TIC, l’éducation à l’information et l’éducation aux médias qui visent à procurer aux individus, et en particulier aux jeunes, les moyens d’acquérir un état d’esprit critique dans leur utilisation des technologies de l’information et du numérique, et à renforcer leur résilience face à la désinformation, aux discours de haine et à l’extrémisme violent.

Comment l’UNESCO contribue-t-elle à faire progresser l’alphabétisation des filles et des femmes ?

Lancé en 2011, le Partenariat mondial pour l’éducation des femmes et des filles de l’UNESCO met en avant une éducation de qualité pour les filles et les femmes au niveau secondaire et dans le domaine de l’alphabétisation ; son projet d’initiative d’alphabétisation pour l’émancipation (LIFE) (2005-2015) a ciblé les femmes, tandis que les Prix internationaux d’alphabétisation de l’UNESCO soulignent régulièrement le pouvoir transformateur de la prise en compte des besoins des femmes et des filles en matière d’alphabétisation dans des contextes spécifiques. L’acquisition de l’alphabétisation entraîne souvent des changements positifs par rapport aux pratiques traditionnelles néfastes, aux formes de marginalisation et de privation. L’alphabétisation des filles et des femmes, considérée comme un apprentissage tout au long de la vie, fait partie intégrante de la réalisation des objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Quel a été l’impact de la COVID-19 sur l’alphabétisation des jeunes et des adultes ?

Plusieurs enquêtes menées depuis le début de la pandémie n’ont livré à ce jour que très peu d’informations sur l’effet sur l’alphabétisation des jeunes et des adultes dû aux perturbations massives de l’apprentissage, au creusement des inégalités et à l’augmentation attendue du décrochage scolaire. Pour y remédier, l’UNESCO mènera une enquête mondiale intitulée « Apprendre de la crise de COVID-19 pour écrire l’avenir : politiques et programmes nationaux pour l’alphabétisation des jeunes et des adultes », qui recueillera des informations auprès des pays à travers le monde sur la situation et les réponses en termes de politiques et de programmes. Ses résultats aideront l’UNESCO, les pays et les autres partenaires à produire une meilleure réponse pendant la phase de relèvement et à faire progresser la réalisation de l’Objectif de développement durable 4 sur l’éducation et de sa cible 4.6 relative à l’alphabétisation des jeunes et des adultes. En outre, à l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation 2020, l’UNESCO a préparé un document d’information sur l’impact de la crise sur l’alphabétisation des jeunes et des adultes. 

Quel est le but des Prix d’alphabétisation et de la Journée de l’alphabétisation ?

Chaque année depuis 1967, l’UNESCO célèbre la Journée internationale de l’alphabétisation et ses Prix internationaux d’alphabétisation récompensent des programmes remarquables et innovants qui font avancer ce domaine. Chaque année, le 8 septembre, l’UNESCO se rassemble autour de cette célébration annuelle avec ses bureaux hors Siège, ses instituts, les ONG, les enseignants, les apprenants et les partenaires pour rappeler au monde l’importance de l’alphabétisation pour la dignité et les droits de l’homme. L’événement met l’accent sur le pouvoir de l’alphabétisation et suscite une prise de conscience en faveur du programme mondial pour une société plus alphabétisée et durable.

Les Prix internationaux d’alphabétisation récompensent l’excellence et l’innovation dans le domaine de l’alphabétisation et plus de 506 projets et programmes entrepris par des gouvernements, des organisations non gouvernementales et des individus du monde entier ont déjà été reconnus. Après un appel à candidatures lancé chaque année, un jury international composé d’experts nommés par la Directrice générale de l’UNESCO recommande les programmes méritant d’être récompensés. Les candidats sont présentés par les États membres ou par des organisations non gouvernementales internationales en partenariat officiel avec l’UNESCO.