hero_india_01.jpg

Inde

En Inde (chapitre 22), le gouvernement a lancé le programme Digital India en 2015 dans le but de transformer l'écosystème des services publics. La croissance exponentielle de l’accès à Internet a alimenté l'économie numérique, notamment le commerce électronique.  

Le programme phare Make in India a cherché, entre autres, à promouvoir les investissements dans l’industrie manufacturière et les infrastructures connexes. Bien qu'il ait pu contribuer à améliorer l'environnement des affaires, il a néanmoins eu peu d'impact tangible sur l'industrie en elle-même, qui, depuis la crise du Covid-19, a développé des technologies frugales (à faible coût) telles que des ventilateurs pulmonaires.   

Depuis 2016, l'initiative Startup India a eu pour conséquence d’augmenter le nombre de startups, mais celles-ci restent concentrées en général sur le secteur des services, et en particulier sur le développement de logiciels.  

L'intensité globale de la recherche stagne et le nombre de scientifiques et d'ingénieurs reste l’un des plus faibles parmi les pays du BRICS, malgré une légère augmentation.  

Le gouvernement a d’ailleurs réduit l'incitation fiscale pour les entreprises menant des activités de R&D, ce qui correspond à la conclusion du précédent rapport de l'UNESCO sur la science (2015), selon laquelle le régime fiscal n'avait « pas entraîné la diffusion d'une culture de l'innovation dans les entreprises et les industries ». Bien que l'activité des inventeurs indiens ait bondi, les multinationales étrangères restent cessionnaires de la grande majorité des brevets, qui, pour la plupart, ne concernent que les domaines de la pharmaceutique et des logiciels.   

Par ailleurs, le phénomène de « croissance sans emploi », qui frappe l'Inde depuis 1991, s'est aggravé. En outre, en 2017, la taille de la population active s'est réduite pour la première fois depuis l'indépendance. La faible employabilité des diplômés, y compris ceux inscrits dans les filières STEM, est également préoccupante, bien que cet indicateur se soit amélioré sur la période 2014-2019. L'ambitieuse mission nationale de développement des compétences vise à former environ 400 millions d'Indiens sur la période 2015-2022.   

En termes de pollution, celle de l'air et de l'eau reste un problème potentiellement mortel dans le pays. Le gouvernement s'efforce donc de parvenir à une électrification universelle et à la diffusion de véhicules électriques et hybrides.   

Diagrammes

  • Figure 22.1 : Tendances socio-économiques en Inde 
  • Figure 22.2 : Tendances des dépenses consacrées à la recherche en Inde 
  • Figure 22.3 : Tendances de l'édition scientifique en Inde   
  • Figure 22.4 : Tendances de l'innovation en Inde 
  • Figure 22.5 : Recettes perdues en Inde en raison de l'incitation fiscale à la R&D, 2008-2019 
  • Figure 22.6 : Tendances en matière de ressources humaines en Inde
     
  • Tableau 22.1 : Sociétés pharmaceutiques indiennes actives dans la recherche sur le vaccin Covid-19, 2020 
  • Tableau 22.2 : Stratégies et politiques de l'Inde pour les technologies de l'industrie 4.0