Hero image West Africa

Afrique de l'Ouest

Confrontés à un climat de plus en plus capricieux qui nuit à la sécurité alimentaire, les pays d'Afrique de l'Ouest (chapitre 18) travaillent au développement d’une expertise dans le domaine de la science du climat et bénéficient du soutien de la communauté internationale. La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) s'est ainsi associée au gouvernement allemand pour créer le West African Science Service Centre on Climate Change and Adapted Land Use, qui inclut un programme de recherche sur le climat, un programme d'études supérieures et des réseaux d'observation.  

Avec la zone de libre-échange continentale africaine qui se profile à l'horizon, les pays s'empressent de restructurer leurs économies. Le Fonds souverain d’Investissements stratégiques (FONSIS, 2012) du Sénégal utilise ainsi les revenus pétroliers et gaziers de l'État pour investir dans des fonds de capital ciblant les PME en lien avec des secteurs prioritaires, tels que l'énergie solaire, l'agriculture et la santé. Une filiale, SOGENAS, est spécialisée dans la production et la commercialisation de vaches laitières génétiquement modifiées pour résister à un climat chaud et sec. 

Il existe un fort potentiel de marché pour les produits à base de plantes. En Côte d'Ivoire, l'Université Félix Houphouët-Boigny développe ainsi des biopesticides à base de plantes et des phytomédicaments à faible coût pour le marché africain.  

Le Burkina Faso (10), le Ghana (36), la Côte d'Ivoire (30), le Nigéria (101), le Mali (11), le Sénégal (22) et le Togo (21) accueillent également un nombre croissant de pôles technologiques. Néanmoins, la quasi-absence de business angels locaux et de capital d'amorçage continue de constituer un défi pour les startups.  

Par ailleurs, grâce à leurs programmes numériques, des pays comme le Cabo Verde, la Gambie, le Ghana, le Nigéria et le Sénégal se préparent au jour où une grande partie du commerce intra-africain pourra avoir lieu sur Internet, notamment en créant des centres de données dirigés localement.  

Pour faire face à la demande croissante d'enseignement supérieur, dû au fait que plus de 50 % de la population de la région est âgée de moins de 20 ans, les gouvernements investissent dans des universités physiques et virtuelles. Le Burkina Faso s’est ainsi inspiré du modèle du Sénégal pour créer sa propre université virtuelle.  

Sur les quinze pays de la région, neuf disposent désormais de politiques STI explicites. En revanche, seulement cinq ont communiqué des données récentes sur les tendances de la recherche.   

Diagrammes

  • Figure 18.1 : Tendances économiques en Afrique de l'Ouest
  • Figure 18.2 : Programme d’études de troisième cycle du Centre ouest africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation des terres  
  • Figure 18.3 : Évolution du développement des politiques STI en Afrique de l'Ouest, 2019
  • Figure 18.4 : Tendances en matière de dépenses en recherche-développement en Afrique de l’Ouest
  • Figure 18.5 : Tendances de la publication scientifique et des brevets en Afrique de l'Ouest
  • Figure 18.6 : Tendances de l'enseignement supérieur en Afrique de l'Ouest
  • Figure 18.7 : Publications en matière de physique et d'astronomie du Ghana, du Nigeria et du Sénégal, 2011–2019
     
  • Tableau 18.1 : Inscriptions dans les centres d'excellence en Afrique de l'Ouest, 2014-2018
     
  • Box 18.1 : Renforcer les capacités de recherche pour lutter contre le changement climatique en Afrique de l'Ouest
  • Box 18.2 : Google ouvre le premier centre d'intelligence artificielle d'Afrique
  • Box 18.3 : La technologie spatiale prend son envol en Afrique de l'Ouest
  • Box 18.4 : Le fonds souverain qui appuie les ambitions du Sénégal en matière de développement durable