THE UNESCO WORKS OF ART COLLECTION

GIACOMETTI, Alberto (1901 - 1966)

  First    Previous    Next    Last
           
GIACOMETTI, Alberto (1901 - 1966)
L'HOMME QUI MARCHE I, 1960

Sculpture en bronze, inscrit 'Alberto Giacometti' , 'Epreuve de l'UNESCO' sur le dessus de la terrasse; fondu par Susse Fondeur Paris.

183 x 25.5 x 95  cm

Date of entry at UNESCO


Acquisition faite par l'UNESCO en 1969.


© Succession Giacometti (Fondation Giacometti, Paris et ADAGP, Paris) 2012
© Photo : UNESCO/R. Fayad


Click on the images to enlarge




Pour symboliser l’homme, Alberto Giacometti modèle un personnage filiforme réalisé de manière stylisée, dont les membres paraissent s’étirer jusqu’à l’extrême. Ce personnage irréel mêle à la fois une étrange fragilité et une solide détermination.

Impénétrable et pourtant si troublant, l’homme de Giacometti ne possède aucun trait personnalisable. Il n’est vêtu que de sa peau étrangement bosselée. Par cette absence d’identification de son visage, le personnage exalte une portée universelle qui exerce sur le spectateur une intrigante fascination.
A travers cette sculpture, l’artiste a su capter ce moment décisif d’un homme qui révèle en lui une force fondée sur son propre élan.

L’homme d’Alberto Giacometti ne se pose pas de question. Il vient de quelque part et se dirige vers un ailleurs. D’un pas décidé, les yeux rivés vers l’horizon, il semble s’élancer pour découvrir, comprendre et aller de l’avant, comme s’il avait un but à poursuivre. Sa conscience en éveil, il traverse le temps pour observer le monde. Ses pieds, ancrés dans le sol le relient inéluctablement à la terre avec qui il ne fait plus qu’un. Ici, c’est tout l’être entier qui se déplace à travers une force oblique, vers un avenir à créer.


Biographie de l'artiste
Sculpteur et peintre né en Suisse en 1901, Alberto Giacometti est le fils du peintre impressionniste Giovanni Giacometti. Il suit des études aux Arts et Métiers de Genève puis s’installe à Paris en 1922, date à laquelle il intègre le mouvement surréaliste dont il est exclu en 1934. Il expose en 1927 ses premières œuvres et organise sa première exposition personnelle en 1932. Il est initialement influencé par l’art primitif africain et s’inspire également des œuvres de l’âge cycladique (entre 3200 à 2880 avant J.C.) qui sont construites autour de personnages-objet. On retrouve cette influence flagrante dans sa « Femme à la cuillère » de 1926. Ses «couples» sont aussi inspirés des statuettes africaines, très allongés et dont les visages sont en forme de masques. A la fin des années trente, domine dans les sculptures de Giacometti une violence assez prononcée qui s’illustre dans des sculptures de « femme égorgée » ou des images abstraites de « viols ». Les années quarante sont alors une époque intermédiaire pour le sculpteur qui crée des sculptures de plus en plus petites, atteignant 1 à 2 cm. Il va ainsi prendre le contre-pied de ces quelques années en travaillant sur des sculptures de plus en plus allongées et squelettiques. Dans les années cinquante, la notoriété de Giacometti est indéniable, sa production artistique présente dans de nombreuses institutions, à New York, Londres, Berlin… Il obtient de nombreux prix comme en 1962, le Grand Prix de la sculpture de la Biennale de Venise. En 1965, un an avant sa mort, il reçoit le Grand Prix national des arts en France.

Links
www.fondation-giacometti.fr/