http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00179

La tradition Âşıklık (de l’art des trouvères)

Inscrit en 2009 (4.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Turquie

Identification

Description

La tradition Âşıklık (de l’art des trouvères)

La tradition Âşıklık (de l’art des trouvères) est perpétuée en Turquie par des chanteurs-poètes itinérants, appelés âşıks”. Vêtus de la tenue traditionnelle et grattant sur un instrument à cordes appelé saz, l’âşık se produit souvent dans les mariages, dans les cafés et lors de festivals publics de toutes sortes. L’âşık est appelé, lors d’un rêve, à entreprendre le long apprentissage de l’art de jouer des instruments à cordes et à percussion, du chant, du récit oral et de la répartie qui est au cœur de la vocation. Les poèmes qu’il récite et qui parlent généralement d’amour, sont écrits en mètres syllabiques rimés et se terminent par un quatrain dans lequel l’âşık prononce les Mâhlas,” son pseudonyme. Les improvisations peuvent aussi inclure des devinettes, des contes traditionnel, des joutes verbales et de créativité avec d’autres âşıks, ainsi que des vers chantés avec une aiguille dans la bouche pour se forcer à réciter des poèmes en évitant les sons B, P, V, M et F. En allant de communauté en communauté, les âşıks contribuent à répandre les valeurs culturelles et les idées et à faciliter un dialogue social fort, en partie à travers la satire sociale et politique ainsi que la poésie sur des thèmes d’actualité. Aux mariages, en particulier, les âşıks sont considérés comme des instructeurs et des guides dont la tradition s’inspire de la culture littéraire turque et l’enrichit, comme elle enrichit la vie quotidienne des communautés du pays.

Documents

Décision 4.COM 13.72

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : La tradition Âşıklık (de l’art des trouvères) de Turquie est profondément enracinée dans la vie sociale et donne une identité et une continuité à sa communauté ; elle constitue une tradition vivante qui se transmet du maître à l’apprenti, en évolution constante du fait de sa pratique ;
  • R.2 : L’inscription de l’élément sur la Liste représentative non seulement contribuerait à la visibilité et à la reconnaissance du patrimoine culturel immatériel, mais motiverait particulièrement la jeunesse à préserver la tradition et rapprocherait les communautés entre elles, ayant ainsi un impact significatif aux niveaux national et international ;
  • R.3 : La candidature présente un large éventail de mesures de sauvegarde parmi lesquelles figurent, entre autres, la revitalisation des cafés où est pratiquée la tradition, des activités éducatives, ainsi que des programmes de recherche qui seront exécutés avec l’engagement et la participation active du Gouvernement et des praticiens, de manière à assurer la continuité de l’élément chez les jeunes ;
  • R.4 : L’élément a été proposé avec l’implication de la communauté, en réunissant le Gouvernement, les représentants de la société civile et les praticiens qui ont participé à l’élaboration du dossier et à l’identification de mesures de sauvegarde, et qui ont donné leur consentement libre, préalable et éclairé ;
  • R.5 : L’élément est inscrit à l’Inventaire national turc du patrimoine culturel immatériel, dressé sous la tutelle du Ministère de la culture et du tourisme.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO