http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00269

Le Yamahoko, la cérémonie des chars du festival de Gion à Kyoto

Inscrit en 2009 (4.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Japon

Identification

Description

Le Yamahoko, la cérémonie des chars du festival de Gion à Kyoto

Chaque année, le 17 juillet, la ville de Kyoto, située dans la partie centrale du Japon, accueille le festival de Gion. Le point culminant du festival est la grande procession des yamahoko, chars richement décorés de tapisseries et d’ornements en bois et en métal, qui leur a valu l’appellation de « musées mobiles ». Ce festival est organisé par le sanctuaire Yasaka dans les environs de Gion. Les trente-deux chars sont construits par les résidents des districts autonomes de la ville selon une tradition qui se transmet d’année en année. Chaque district fait appel à des musiciens pour jouer dans les orchestres qui accompagneront la parade et à différents artisans pour assembler, décorer et démonter les chars, selon un ordre qui est déterminé chaque année par le tirage d’une loterie. Les chars sont de deux types : les chars yama surmontés de plates-formes décorées ressemblant à des montagnes et les chars hoko équipés de longues perches en bois, destinées à l’origine à implorer le dieu de la peste pour que, honoré par la musique, les danses et le culte qui lui sont consacrés, il se transforme en esprit protecteur. Aujourd’hui, la parade des yamahoko est l’occasion d’un grand festival d’été de la ville, illustrant la créativité artistique des districts pour la construction des chars et donnant lieu à de nombreuses animations dans les rues.

Documents

Décision 4.COM 13.58

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : Le Yamahoko, la cérémonie des chars du festival de Gion à Kyoto, est transmise depuis des générations et organisée collectivement par la population locale, qui la reconnaît en tant que symbole de son identité et de sa continuité ;
  • R.2 : L’inscription de l’élément sur la Liste représentative améliorerait la visibilité de ce festival et de festivals similaires et sensibiliserait à l’importance du patrimoine culturel immatériel aux niveaux national et international ;
  • R.3 : Diverses mesures concrètes de sauvegarde, telles que l’entretien des chars, des activités de documentation et de recherche, ont été mises en œuvre et proposées sur l’initiative de la Fondation pour les associations de préservation du festival de Gion, en coopération avec les autorités nationales, préfectorales et municipales ;
  • R.4 : La candidature comporte la preuve du consentement libre, préalable et éclairé de la Fondation pour les associations de préservation du festival de Gion ;
  • R.5 : L’élément est inscrit comme « Bien culturel traditionnel immatériel important » à l’inventaire national tenu par l’Agence pour les affaires culturelles.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO