Le Naqqāli, narration dramatique iranienne


Inscrit en 2011 (6.COM) sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

© 2010 & 2011 by Iranian Cultural Heritage, Handicrafts and Tourism Organization (ICHHTO)
Le Naqqāli est la forme la plus ancienne de représentation théâtrale dans la République Islamique d’Iran, et a longtemps joué un rôle important aussi bien dans les cours que dans les villages. Le conteur - le Naqqāl - raconte des histoires en vers ou en prose tout en faisant des gestes et des mouvements. Parfois aussi, son récit s’accompagne d’une musique instrumentale et est illustré par des rouleaux de toile peints. La fonction des Naqqāls relève à la fois du divertissement et de la transmission de la littérature et de la culture persanes. Ils doivent connaître les expressions culturelles, les langues, les dialectes ainsi que la musique traditionnelle de leur région. Le Naqqāli requiert un talent immense, une très bonne mémoire et un don d’improvisation pour captiver le public. Les Naqqāls sont vêtus simplement, mais ils peuvent aussi porter un vieux casque ou une brigandine durant le spectacle afin de mieux représenter les scènes de batailles. Les Naqqāls femmes se produisent devant des publics mixtes. Il y a peu de temps encore, ces artistes étaient considérés comme les principaux gardiens des contes populaires, des épopées ethniques et de la musique populaire iranienne. Le Naqqāli était autrefois joué dans les cafés, sous la tente des nomades, chez les gens et dans des sites historiques comme les anciens caravansérails. Cependant, la désaffection des cafés et l’apparition de nouvelles formes de divertissement ont détourné le public des spectacles de Naqqāli. Le vieillissement des maîtres conteurs, les Morsheds, et le désintérêt croissant des jeunes générations ont entraîné une diminution brutale du nombre de Naqqāls talentueux, menaçant la survie de cet art dramatique.