http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00197

La sériciculture et l’artisanat de la soie en Chine

Inscrit en 2009 (4.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Chine

Identification

Description

La sériciculture et l’artisanat de la soie en Chine

La sériciculture et l’artisanat de la soie en Chine, pratiqués dans les provinces du Zhejiang et du Jiangsu près de Shanghai et à Chengdu dans la province du Sichuan, ont une longue histoire. Traditionnellement dévolue aux femmes dans l’économie des régions rurales, la fabrication de la soie comprend la culture des mûriers, l’élevage des vers à soie, le dévidage de la soie, le filage, ainsi que la conception et le tissage des étoffes . Ce savoir-faire, transmis au sein des familles et de maîtres à apprentis, s’est souvent propagé au sein de groupes locaux. Le cycle de vie du ver à soie était considéré comme reflétant la vie, la mort et la renaissance de l’être humain. Dans les multiples étangs qui parsèment les villages, les déjections des vers à soie sont utilisées pour nourrir les poissons, tandis que le limon sert de fertilisant pour les mûriers, les feuilles de ces arbustes servant, à leur tour, à la nourriture des vers à soie. Au début de l’année lunaire, les sériciculteurs convient chez eux les artisans pour faire revivre la légende de la Déesse des vers à soie, chasser les mauvais esprits et invoquer une récolte de cocons abondante. Pendant le Festival de la soie, en avril de chaque année, les séricicultrices se parent de fleurs multicolores, confectionnées en soie ou en papier, et font des offrandes en priant pour une bonne récolte. La soie fait aussi partie du cadre rural en Chine sous d’autres aspects plus matériels, comme les vêtements de soie, les duvets, les parapluies, les éventails et les fleurs qui agrémentent la vie quotidienne.

Documents

Décision 4.COM 13.22

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : La sériciculture et l’artisanat de la soie en Chine ont longtemps procuré aux communautés de nombreuses régions du pays un sentiment d’identité et de continuité ;
  • R.2 : Son inscription sur la Liste représentative pourrait contribuer à accroître la visibilité du patrimoine culturel immatériel et de l’un des artisanats chinois les plus anciens tant sur le plan national qu’international, et à stimuler la créativité tout en metttant en exergue sa signification esthétique ;
  • R.3 : Un ensemble cohérent et détaillé de mesures de sauvegarde a été identifié, avec une attention particulière sur la mise en place de programmes éducatifs pour les enfants ;
  • R.4 : La participation des communautés est décrite de façon convaincante et leur consentement est démontré dans des lettres détaillées ;
  • R.5 : L’élément est inscrit sur la Liste nationale du patrimoine culturel immatériel gérée par le Département du patrimoine culturel immatériel du Ministère de la culture.

Diaporama

Vidéo


© 2008 by China National Silk Museum

Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO