http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00210

L’art mongol du chant Khoomei

Inscrit en 2009 (4.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Chine

Identification

Description

L’art mongol du chant Khoomei

L’art mongol du chant Khoomei, ou choeur Hooliin (chant de gorge ou harmonique), est un style de chant qui consiste à produire une harmonie composée de divers types de voix, dont un bourdon grave produit avec la gorge. Ce chant peut se pratiquer seul ou en groupe. Le chant Khoomei est pratiqué actuellement au sein des communautés mongoles de plusieurs pays, en particulier en Mongolie intérieure (nord de la Chine), en Mongolie occidentale et dans la République des Touva (Russie). Traditionnellement exécuté lors de cérémonies rituelles, il est à la fois chant de respect et de louange à la nature, aux ancêtres du peuple mongol et aux grands héros. Il s’agit d’une forme réservée aux événements spéciaux et aux activités de groupe, tels que les courses de chevaux, les tournois de tir à l’arc et de lutte, les grands banquets et les rites sacrificiels. Le moment choisi pour chanter et l’ordre des chants sont souvent réglés de façon très stricte. Le Khoomei a été longtemps considéré comme un élément central de la culture mongole et reste un symbole fort d’identité nationale ou ethnique. Fenêtre sur la philosophie et les valeurs esthétiques du peuple mongol, il a fait office d’émissaire culturel, encourageant la compréhension et l’amitié entre la Chine, la Mongolie et la Russie, et il a attiré l’attention partout dans le monde en tant que forme unique d’expression musicale.

Documents

Décision 4.COM 13.19

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : L’art mongol du chant Khoomei est considéré par la communauté comme un élément important de son identité et de sa continuité qui se transmet et se renouvelle constamment en tant qu’expression symbolique de sa culture ;
  • R.2 : L’inscription de l’élément sur la Liste représentative contribuerait à mettre en évidence les liens étroits et interactifs que le peuple mongol entretient avec la nature, à favoriser la prise de conscience des jeunes générations et des milieux universitaires, et à renforcer le respect mutuel et la coopération entre les pays de la région ;
  • R.3 : Les institutions nationales et locales et la communauté ont élaboré des mesures de sauvegarde visant à améliorer les mécanismes de transmission et à promouvoir la popularisation de cette forme d’expression artistique auprès des jeunes générations ;
  • R.4 : L’élément est proposé au terme d’un processus auquel la communauté des artistes et de leur public a été largement associée, de même que les autorités locales, les institutions universitaires, les associations professionnelles et les corps intermédiaires, qui ont signifié par écrit leur consentement libre, préalable et éclairé ;
  • R.5 : L’élément est inscrit sur la Liste nationale du patrimoine immatériel gérée par le Département du patrimoine culturel immatériel du Ministère de la culture.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO