http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00671

La facture et la pratique musicale du tar, instrument à cordes à long manche

Inscrit en 2012 (7.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Azerbaïdjan

Identification

Description

La facture et la pratique musicale du tar, instrument à cordes à long manche

Le tar est un luth à cordes pincées et à long manche, traditionnellement fabriqué et joué dans les communautés à travers tout l’Azerbaïdjan. Considéré par beaucoup comme le principal instrument de musique du pays, il figure seul ou avec d’autres instruments dans de nombreux styles musicaux traditionnels. Les facteurs de tar transmettent leur savoir-faire aux apprentis, souvent dans le milieu familial. La fabrication commence par le choix attentif des matériaux pour l’instrument: du mûrier pour la caisse, du noisetier pour le manche et du poirier pour les chevilles. À l’aide de divers outils, les artisans créent une caisse au corps creux, en forme de huit, qui est ensuite recouverte d’un fin péricarde de taureau. Le manche à frettes est fixé, les cordes métalliques sont ajoutées et les incrustations de nacre sont faites sur la caisse. Les joueurs tiennent l’instrument à l’horizontale contre la poitrine et pincent les cordes avec un plectre en utilisant des trilles et plusieurs techniques et frappés pour ajouter de la couleur. La musique du tar tient une place essentielle dans les mariages et diverses réunions entre amis, événements festifs et concerts publics. Les joueurs de tar transmettent leur savoir-faire de bouche à oreille aux jeunes de leur communauté, mais aussi par l’exemple et dans les écoles de musique. La fabrication et la pratique du tar, ainsi que les savoir-faire liés à cette tradition jouent un rôle important dans la formation de l’identité culturelle des Azerbaïdjanais.

Documents

Décision 7.COM 11.4

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : Transmis de génération en génération et enracinée dans la vie sociale de l’Azerbaïdjan, la facture et la pratique musicale du tar fournissent un sentiment d’identité et de continuité à l’ensemble de la communauté en même temps qu’une source de revenu pour les artisans et musiciens ;
  • R.2 : L’inscription de la facture et la pratique musicale du tar sur la Liste représentative pourraient contribuer à la promotion du dialogue interculturel et de la créativité humaine, particulièrement parmi les communautés d’artisans et d’interprètes dans tout le pays et dans l’ensemble de la région ;
  • R.3 : Des mesures passées, en cours et proposées, élaborées et mises en œuvre avec la participation des interprètes et artisans de tar, comprennent la législation, la formation, la documentation, la recherche et la transmission, et visent à assurer la viabilité du tar ;
  • R.4 : La candidature a été élaborée avec la participation d’artisans de tar, d’interprètes, de chercheurs, d’enseignants, ainsi que d’autorités locales et régionales, qui ont fourni leur consentement libre, préalable et éclairé ;
  • R.5 : Sur la base de propositions des communautés et des praticiens, le tar a été inclus en 2010 sur le Registre du patrimoine culturel immatériel de l’Azerbaïdjan, établi et mis à jour par le Conseil de la documentation et de l’inventaire et approuvé par le Ministère de la culture et du tourisme ;

Inscrit la facture et la pratique musicale du tar, instrument à cordes à long manche sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Diaporama

Vidéo


© 2013 by Promysel

Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO