Biennale Luanda

A propos de la Biennale de Luanda

Qu'est-ce que la Biennale de Luanda ?

La Biennale de Luanda - « Forum panafricain pour la culture de la paix » est une initiative conjointe de l’UNESCO, l’Union africaine (UA) et du gouvernement angolais qui vise à promouvoir la prévention de la violence et la résolution des conflits, en encourageant les échanges culturels en Afrique et le dialogue entre les générations. En tant qu’espace de réflexion et de diffusion d’œuvres artistiques, d’idées et de bonne pratiques liées à la culture de la paix, elle rassemble des représentants des gouvernements, de la société civile, de la communauté artistique et scientifique et des organisations internationales. Elle participe à la mise en œuvre du « Plan d’action pour une culture de la paix en Afrique/Agissons pour la paix » adopté en mars 2013 à Luanda, en Angola, lors du Forum panafricain « Sources et ressources pour une culture de la paix ».

L'édition 2021 s'est tenue dans un format hybride !

Cette nouvelle édition de la Biennale de Luanda fût célébrée sous le thème de l'Union africaine 2021, « Arts, culture et patrimoine : Leviers pour construire l'Afrique que nous voulons » dans un format hybride, mêlant événements numériques et présentiels.

Consultez la note conceptuelle ici.  

L'art de raconter des histoires en dessins...

La tradition des "Sona" & le symbole Linguali 

Les sona sont généralement des formes délimitables que l'on peut dessiner sans lever le doigt ni revenir deux fois sur la même ligne.

Ces dessins font partie de la tradition orale tchokwe (les Tchokwe sont une population de langue bantoue d'Afrique centrale et australe, principalement présente en République démocratique du Congo et en Angola). Ils servent principalement de moyens mnémotechniques dans les contes. Les sona sont dessinés par les hommes. Les garçons apprennent à raconter des histoires et à dessiner des sona dans le cadre de leur rituel d'initiation. Le symbole Linguali - le « grand ou important oiseau » - fait partie de cette tradition et désigne l'un des sona les plus reconnus en Angola.

Femme Linguali
L'histoire de la culture de la paix

« La paix est plus qu'une absence de guerre. Elle signifie la justice et l'équité pour tous comme base pour vivre ensemble en harmonie et sans violence, maintenant, mais encore plus pour nos enfants et les générations suivantes. »

Koïchiro Matsuura

Inspiré par l’Acte constitutif de l’UNESCO, le concept de « culture de la paix » a été formulé lors du Congrès international sur la paix dans l’esprit des hommes, tenu à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, en 1989. L’UNESCO, suivie par les Nations Unies, s’est ensuite engagée dans un processus visant à définir, structurer puis promouvoir le concept d’une culture de paix et de non-violence dans le monde, un engagement reflété à la fin des années 1990 avec l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action sur une culture de paix.

Culture of Peace

La « culture de la paix » se compose de « valeurs, d’attitudes et de comportements qui reflètent et inspirent l’interaction sociale et le partage fondés sur les principes de liberté, de justice et de démocratie, de tous les droits de l’homme, de tolérance et de solidarité, qui rejettent la violence et encouragent à prévenir les conflits. »

Assemblée générale des Nations Unies, Résolution 52/13, janvier 1998

Du Manifeste 2000 à la Biennale de Luanda

En 2000, une campagne de sensibilisation a été lancée, basée sur le Manifeste 2000, un engagement personnel rédigé par un groupe de lauréats du prix Nobel de la paix. Cet engagement commun à observer et à mettre en pratique dans la vie quotidienne les principes universels d'une culture de la paix et de la non-violence a été signé par plus de 75 millions de personnes dans le monde.

Treize ans plus tard, pour la région Afrique, l'appel à la création d'un « mouvement continental et durable pour la paix » a été inclus dans le « Plan d'action pour une culture de la paix en Afrique / Agissons pour la paix ». Ce plan a été adopté à l'issue du Forum panafricain « Sources et ressources pour une culture de la paix » à Luanda, en 2013. L'objectif de ce forum était de « s'appuyer sur les sources d'inspiration et sur le potentiel des ressources culturelles, naturelles et humaines du continent pour identifier des pistes et des actions concrètes pour construire une paix durable, pierre angulaire du développement endogène et du panafricanisme. » Dans ce contexte, la décision a été prise de créer une Biennale de la culture de la paix.

Pour en savoir plus sur la culture de la paix.

« Nous avons besoin d'un nouvel engagement à respecter le droit à la différence et à tirer le meilleur parti de la diversité en tant que force à partager entre tous, indépendamment de l'origine, des ethnies, des langues, des traditions et de l'histoire. Nous avons besoin de respect et de tolérance mutuels. Nous devons élever le niveau de tolérance entre nous tous. C'est la culture de la paix. »
Ban Ki-Moon 8e Secrétaire général de l'ONU Remarques au Forum de haut niveau sur la culture de la paix (2014)

Objectifs généraux

L’objectif de la Biennale de Luanda est d’œuvrer à une appropriation et une mise en œuvre individuelle et collective quotidienne et durable, sur le continent, du concept d’une culture de la paix.

Cette initiative renforce la mise en œuvre des objectifs 16 et 17 de l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable et des 7 Aspirations de l'Agenda 2063 de l'Union africaine, en particulier son initiative « Faire taire les armes d'ici 2033 ». La Biennale contribue également à la mise en œuvre de la « Stratégie opérationnelle pour la Priorité Afrique (2014-2021) » de l'UNESCO, visant à apporter des réponses africaines aux transformations qui affectent les économies et les sociétés du continent.

 

sdgs
Alphadi, Artiste pour la paix de l'UNESCO

« L'Afrique est la mère de l'humanité »

test 1

La Biennale de Luanda 2019

La première édition de la Biennale de Luanda, « Forum panafricain pour la culture de la paix » s'est tenue du 18 au 22 septembre 2019 à Luanda, en Angola. L'UNESCO, l'Union africaine et le gouvernement angolais ont organisé conjointement cet événement de cinq jours, qui était une célébration des diverses valeurs, croyances, formes de spiritualité, connaissances et traditions africaines qui contribuent au respect des droits de l'homme, à la diversité culturelle, au rejet de la violence et au développement de sociétés démocratiques.

La Biennale était organisée autour de cinq axes principaux : le Forum des partenaires - Alliance pour l'Afrique, le Forum d'idées, le Forum des jeunes, le Forum des femmes et le Festival des cultures. Ces axes ont créé une plateforme pour la diversité culturelle et l'unité africaine, et un espace pour des partenariats durables et innovants pour l'avenir de l'Afrique. Ils visaient à diffuser les bonnes pratiques et les solutions pour la prévention et la résolution des conflits en Afrique.

« En tant qu'"espace privilégié de promotion de la diversité culturelle et de l'unité africaine, la Biennale de Luanda est une plateforme unique pour les gouvernements, la société civile, la communauté artistique et scientifique, le secteur privé et les organisations internationales pour débattre et définir des stratégies de prévention de la violence et des conflits en vue de construire une paix durable. »  
S.E. M. João Manuel Gonçalves Lourenço Président de la République d'Angola

Chiffres clés de l'édition 2019

3
Chefs d'États
116
Panélistes
62
Pays participants
15,000
Participants

au Festival des cultures

Biennale 2019
Toutes les ressources sur la culture de la paix
Resources_CultureofPeace